Entrainement des femmes immigrantes, une réflexion

Informations for Trainers

Tips for Trainers

1. Sur le groupe
Langue : en quelle langue nous offrirons le stage ? Est-ce que nous devons le faire savoir en avance ? Est-ce que nous devons utiliser des langues étrangères ? Si oui, est-ce possible d’envoyer la réponse ?
Victimisation : nous victimisons ce groupe. Nous devons faire attention à ne pas renforcer le stéréotype de victime qu’ont les femmes étrangères. Il est important de remarquer ses capacités, habilités et leur travail, afin de travailler ensemble (la diversité de langues et la diversité culturelle peuvent être des capacités).
Sensationnalisme : Lié à la victimisation. De quelle manière parlons-nous sur ce groupe ?
Travail de garde-d’enfants : Si normalement c’est la femme qui prend charge de la garde d’enfants, nous pouvons offrir des espaces pour qu’elles puissent venir avec les enfants.
Précarité : Dans les derniers mois, surtout dans les dernières années, la situation des femmes immigrantes a beaucoup changé. Nous avons identifié trois situations principales :
-Celles qui attendent pour retourner à leur pays
-Celles qui sont au chômage
-Les femmes qui travaillent dans des situations très précaires
C’est vrai que nous avons toujours su que les femmes immigrantes n’ont pas des bonnes conditions de travail. Cette situation influence leur situation émotionnelle.

2. Sur le stage
Espace : Réaliser le stage dans un espace confortable et sûr est très important. Il faut mettre du temps pour préparer et disposer cet espace.
Le but du stage : quel est notre but ? Est-ce que nous voulons qu’elles produisent des émissions de radio dans notre poste de radio ? Ou nous voulons promouvoir l’empowerment ? Si nous voulons qu’elles s’impliquent dans la radio, est-ce qu’il faut revoir l’organisation du poste de radio pour faciliter leur participation (horaires, manières de s’organiser, …) ? Est-ce que le multilinguisme est accepté dans notre poste de radio ?
Leurs espoirs par rapport au stage : Nous devons savoir quels sont leurs vœux et leur besoins. Nous ne pouvons pas les obliger à parler sur certains sujets, même si nous les trouvons intéressants. Pour plus d’information : Integration and Empowerment of Migrant Women in Media

3. Définir les règles de base
Féminisme ou parité des genres: est-ce que nous développons ce sujet avec elles? Nous croyons qu’une imparité des genres est la base de cette situation. Ces femmes font d’habitude le travail domestique, mal payé, c'est-à-dire, des tâches sous estimées, parce que ce sont des tâches habituellement liées aux femmes. Cela peut emmener à penser qu’elles ne sont pas importantes, que leurs opinions et avis ont moins d’importance que ceux du reste du monde. Elles doivent se sentir importantes, et doivent voir que leur discours et leur opinion nous intéressent, ainsi qu’à notre audience. Pourtant, nous devons travailler l’empowerment, et c’est tout de même un outil pour empowerer la radio.
Le feed-back : C’est très important de faire le feed-back à la fin du stage, pour éclaircir les idées et les concepts plus importants, et pour savoir comment elles se sentent à la fin du procès d’apprentissage.
Exemples : Quels exemples utilisons-nous dans le stage ? Et quand nous parlons ? Quelles images utilisons-nous ? Essayez de promouvoir la parité.

4. Sur le formateur ou enseignant
S’apercevoir des déséquilibres donnés et des relations de pouvoir (autorité), pour essayer de les équilibrer.
-Hommes blancs, locaux VS. Femmes noires, immigrantes.
Le plus convenable serait d’instruire les femmes immigrantes pour être les formatrices, afin qu’elles instruisent plus tard des femmes qui sont dans leur même situation, ou nous pouvons avoir un compagnon-formateur (une femme étrangère), pour distribuer les rôles.

5. Sur le projet
L’information est ici : Integration and Empowerment of Migrant Women in Media
FavoriteLoadingAdd to my collected documents
image_pdfimage_print